Bernard Looney, le directeur général de BP, a engagé en février 2020 sa société sur la voie de la neutralité carbone., @BP

BUSINESS CASE

Neutralité carbone en 2050 : BP et Shell jouent la surenchère sous l’impulsion de Follow This

Par  Nicolas REDON|Publié le 23/04/2020

En parallèle des remous que connaît actuellement le marché mondial du pétrole et du gaz, les deux majors BP et Shell rivalisent d’annonces depuis le début de l’année. L’approche des deux entreprises pour s’engager vers la neutralité carbone en 2050 diverge sur la prise en compte du scope 3, mais aussi sur leur prise en compte d’une résolution actionnariale déposée inlassablement par l’ONG Follow This depuis 2016.

Le 12 février dernier, Bernard Looney, tout juste nommé directeur général de BP, annonçait s’engager vers la neutralité carbone en 2050. Il s’agissait de la première annonce d’une major pétrolière visant les émissions de scope 3, à savoir les émissions de gaz à effet de serre dégagées par l'utilisation finale des hydrocarbures. Cet engagement se décline de deux façons, d’une part en valeur absolue et en visant la neutralité carbone jusqu’au scope 3 sur l’intégralité de la production de pétrole et gaz opérée par BP. D’autre part en valeur relative pour l’ensemble des produits énergétiques vendus avec un objectif de réduction de 50 % de l’intensité carbone jusqu’au scope 3.

Un peu plus d’un mois après l’annonce de BP, Shell entérinait un rehaussement de ses ambitions. Le pétrolier anglo-néerlandais vise désormais une réduction de 65 % de l’empreinte carbone nette des produits énergétiques vendus (Net Carbon Footprint ambition), soit 15 % de plus que l’ambition de -50 % annoncée en 2017.

Pour atteindre zéro émissions nettes, Shell entend se tourner vers davantage d’énergies renouvelables mais aussi faire appel au stockage de CO2 via l’achat de crédits carbone ou encore aux technologies de capture et séquestration de CO2, deux solutions souvent critiquées pour leur potentiel limité à l’échelle des volumes d’émissions à neutraliser. Plus surprenant, l’annonce du 16 avril précise en outre que Shell entend "se tourner graduellement vers les entreprises et secteurs qui seront eux-mêmes à zéro émissions nettes en 2050", laissant entendre qu’elle donnerait à l’avenir la priorité aux clients lui permettant de s’attaquer à ses émissions de scope 3.


L’enjeu des objectifs de réduction en valeur absolue

Les ONG, dont Follow This et ShareAction, jugent cependant insuffisante l’annonce faite par Shell. Elles rappellent que son ambition de réduction de son empreinte carbone continue de l’être en valeur relative et non absolue. Cela lui laisse la possibilité de continuer à investir dans de nouvelles capacités de production en ligne avec les projections de croissance de la demande en énergie de 40 % d’ici 2050 qu’elle utilise dans son scénario 2°C de référence (le Sky Scenario). ShareAction appelle les actionnaires à voter contre la politique de rémunération lors de l'AG du 19 mai, car elle est encore trop liée au développement des hydrocarbures.

Citant des chiffres de Rystad Energy, Follow This, l’ONG activiste néerlandaise, met en avant que les investissements de moyen terme de Shell visent à augmenter sa production de pétrole et gaz de 38 % d’ici 2030, ramenant ainsi son ambition Net Carbon Footprint de -65 % à -50 % en valeur absolue. Ces craintes rejoignent celles des onze investisseurs français qui ont pris soin de préciser dans la résolution climat qu’ils entendent déposer l’assemblée générale de Total qu’ils attendaient de l’entreprise des objectifs de réduction en valeur absolue et non une réduction de son intensité carbone.

Follow This joue les arbitres

Ciblée depuis 2016 par la même résolution actionnariale déposée par Follow This, la direction de Shell a recommandé cette année à ses actionnaires de voter contre la résolution, que l’ONG avait pourtant retirée en 2019 avec le soutien de six des principaux investisseurs institutionnels néerlandais pour accorder à Shell un an de répit dans la formalisation de ses engagements. La résolution de Follow This vise à obtenir de l’entreprise qu’elle adopte l’objectif de s’aligner sur un scénario de limitation du réchauffement climatique sous les 2°C avec réduction de ses émissions jusqu’au scope 3, et qu’elle s’engage à publier régulièrement les progrès réalisés selon la déclinaison de cet objectif à court, moyen et long terme. Follow This note que la direction de Shell a fait évoluer son vocabulaire concernant cette résolution, jugée "imprudente" en 2016, "déraisonnable" en 2017, "superflue" en 2018, et finalement "contre-productive" en 2020. L’assemblée générale de Shell doit se tenir le 19 mai.

Cette même résolution de Follow This n’avait recueilli en 2019 qu’un peu plus de 8 % de soutien à l’assemblée générale de BP, qui avait elle aussi appelé à la rejeter. À l’inverse, une résolution déposée par Climate Action 100+ avait rallié 99,14 % de soutien autour d’un simple engagement à décrire comment la stratégie d’entreprise était compatible avec l’objectif 2°C. 

Un an plus tard, la direction de BP semble avoir opéré un virage radical puisqu’elle a annoncé le 31 mars qu’elle travaillerait avec Follow This en vue du dépôt d’une résolution conjointe à l’AG de 2021. Les deux parties s’y attèleront dès la fin d’année, alors que BP doit préciser en septembre prochain les contours de son plan pour atteindre la neutralité carbone. En attendant, comme avec Shell l’an dernier, Follow This a retiré sa résolution de l’ordre du jour de la prochaine AG de BP, prévue le 27 mai prochain. 


Accéder à l’intégralité des articles Novethic Essentiel.
Déjà abonné ? Se connecter

Retenez l’essentiel de la finance
durable : meilleures pratiques,
tendances à suivre et
décryptages d’experts

Profitez d’une analyse unique de
ces marchés en pleine expansion
et d’une veille sur les nouveaux
risques ESG

Bénéficiez de briefs
opérationnels sur les
dispositifs réglementaires et
outils de la finance durable

Je m’abonne
Popup de la lettre d'information! Le snippet pop up de la lettre d'information est effectif sur cette page. Cliquez C'est ici pour éditer le contenu du dialogue