L'ODD n°17 vise à promouvoir les partenariats entre acteurs pour réaliser les Objectifs de développement durable., @BH&CCO

BUSINESS CASE

[ODD-le monde d’après] Collaborer pour assurer un développement soutenable

Par  Béatrice HÉRAUD|Publié le 29/04/2020

La crise du coronavirus montre l’importance de changer notre modèle économique. Pour fixer le cap d’un développement plus soutenable, une grille de lecture de référence, d’envergure internationale et universelle, existe déjà. Il s’agit des 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) adoptés en 2015 par l’ONU. Déjà utilisés par de nombreux acteurs économiques et financiers, ils doivent aujourd’hui être regardés comme un outil opérationnel pour flécher les innovations et investissements vers les activités qui assureront la reprise d’une économie durable. Tous les jours, L'Essentiel de la finance durable vous propose un éclairage sur chacun des ODD.

L’OBJECTIF 2030

Le dix-septième et dernier ODD promeut les partenariats entre les gouvernements, le secteur privé et la société civile pour réaliser l’Agenda 2030 au niveau mondial, régional, national et local. Ces partenariats doivent être inclusifs, construits sur des principes et des valeurs communes, et placer les peuples et la planète au cœur de leur préoccupation. L’ODD 17 constitue le principal levier de transformation car il contribue à l'articulation entre chacun des objectifs et promeut la cohérence des acteurs et de leurs projets ; il propose un référentiel commun sur le développement durable et liste les domaines et moyens qui peuvent contribuer à la mise en œuvre de l'Agenda comme la technologie et les finances. Les ODD étant interdépendants, la réalisation de chacun des objectifs nécessite de travailler sur les 17 autres pour assurer leur réalisation.

LA SITUATION ACTUELLE

L’aide publique au développement s’est établie à 146,6 milliards de dollars en 2017, en baisse de 0,6 % par rapport à 2016 en termes réels. Dans les pays les moins avancés, le service de la dette en proportion des exportations de biens et de services a augmenté pendant cinq années consécutives, passant de 3,5 % en 2011 à 8,6 % en 2016. 

La crise du Covid-19 rend encore plus cruciale la solidarité entre les pays. Le G20 a décidé de reporter de quelques mois le paiement des intérêts des dettes des pays les plus vulnérables. Un premier pas vers une annulation massive de la dette ? 

En France, l’aide publique au développement (APD) française atteint 10,3 Milliards d'euros en 2018, soit 0,44 % du PIB avec un objectif de 0,55 % en 2022. La France se place au cinquième rang mondial parmi les pourvoyeurs d’aide, derrière les États-Unis, l’Allemagne, le Royaume-Uni et le Japon. Mais selon les ONG elle devrait consacrer une part plus importante de son PIB à cette solidarité internationale. 



LES INITIATIVES DES ACTEURS ECONOMIQUES

Nouer des partenariats multi-acteurs. L’objectif de cet ODD est de faire en sorte que les différents acteurs mettent leurs forces en commun pour atteindre chacun des ODD. Les partenariats publics-privés sont de plus en plus critiqués, ils doivent être bien encadrés pour ne pas faire glisser des domaines d’intérêt général vers une marchandisation du bien commun. Par ailleurs les partenariats peuvent aussi se nouer avec des ONG et associations comme le font de plus en plus d’entreprises pour assurer la crédibilité de leurs engagements sociaux et environnementaux. Le partenariat peut aussi se faire entre acteurs privés, dans le cadre du commerce équitable par exemple. 

Développer la blended finance, l'impact investing et la finance solidaire. Pour le monde financier, cet ODD peut se traduire par le développement de la finance solidaire, qui permet de financer, avec une moindre rentabilité des associations d’intérêt général et l’économie sociale et solidaire (ESS). Dans un autre registre, on voit se développer la "blended finance" ou finance mixte. Il s’agit de mixer l’argent public et l’argent privé ou d’associer "l’impact investing" (finance alliant rentabilité et impact social et environnemental, via notamment les ODD) et la finance classique pour développer des projets environnementaux ou de solidarité. Des banques comme BNP Paribas travaillent notamment avec les banques multilatérales de développement pour des projets d’énergies renouvelables ou d’aides aux petits exploitants en Indonésie. 


Accéder à l’intégralité des articles Novethic Essentiel.
Déjà abonné ? Se connecter

Retenez l’essentiel de la finance
durable : meilleures pratiques,
tendances à suivre et
décryptages d’experts

Profitez d’une analyse unique de
ces marchés en pleine expansion
et d’une veille sur les nouveaux
risques ESG

Bénéficiez de briefs
opérationnels sur les
dispositifs réglementaires et
outils de la finance durable

Je m’abonne
Popup de la lettre d'information! Le snippet pop up de la lettre d'information est effectif sur cette page. Cliquez C'est ici pour éditer le contenu du dialogue