Le reporting non financier ne fait pas le lien entre les risques ESG, les politiques menées et les résultats obtenus. @CCO

L'ACTU

Le reporting ESG des entreprises loin des attentes de "matérialité" des investisseurs

 Article réservé aux abonnés | Par   Anne-Catherine HUSSON TRAORE |Publié le 19/02/2020

Il manque encore une étape dans les données non financières communiquées par les entreprises. Selon le rapport de l’Alliance pour la transparence des entreprises, elles n’établissent pas le lien de matérialité entre leurs politiques pour faire face aux risques ESG et leurs résultats. Un rapport qui va dans le sens d’une réforme de la directive sur le reporting non financier.

Adoptée en 2014, la Directive Européenne sur le Reporting Non financier (NFRD) n’a pas produit les effets espérés. Six ans plus tard, le constat dressé le 17 février à Bruxelles par l’Alliance pour la transparence des entreprises qui publiait son deuxième rapport, est sans appel. Les données ESG (Environnementales, sociales et de gouvernance) publiées par les 1000 entreprises européennes passées au crible de leur analyse, ne permettent pas d’établir de liens lisibles et cohérents entre les risques qui menacent les entreprises, les politiques qu’elles mettent en œuvre pour y faire face et les résultats qu’elles obtiennent.

La suite est réservée aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter

Décryptages des tendances
de marché, nouveaux outils
et stratégies innovantes

Analyses des pratiques
d’investissement
et de gestion responsables

Chaque semaine :
ce qu’il faut retenir de
l’actualité Finance Durable

Je m’abonne